Borderwiki

Sullivan.png

Âge
SexeM
Date de naissance
Taille1.78 (ft. 5.77)
Poids70 kg (lbs. 154.32)
YeuxVerts
EspèceHumain
Pays de naissanceUSA
Expiration date22/05/1988
Resident Since22/05/1982

Autres

✅ Possède un permis de conduire
✅ Possède un permis de port d’armes

Physique


Sullivan est un bel homme. Le genre que l’on croise rarement, encore moins à Eldale. L’homme aurait put être un acteur, un mannequin, ou les deux.
Grand, svelte, athlétique et avec des grands yeux verts aux longs cils. Il toujours vêtu de vêtement haut de gamme et ne peut laisser de marbre.

Des cheveux blonds encadrent un visage oval avec un nez droit - bien qu’ayant été cassé - et de fines lèvres. On remarque rapidement un grain de beauté sous l’œil droit.
Ses cheveux blonds et clairs sont mi-longs et souvent attachés en catogan.

Lwiki

Portrait - Picrew2-1.png

Taille1.78m
CheveuxBlonds
PeauBlanche
YeuxVerts
Style vestimentaireBad-boy, élégant
Traits notablesGrain de beauté sous l’œil droit, longs cils

Voix

Sullivan possède une voix grave à l’image de son apparence. Il parle souvent de manière calme et posée.
Contrairement à ce que son nom laisse penser, Sullivan est né aux État-Unis et parle sans accent particulier, bien qu’il soit étonnamment capable de changer de voix et prendre des accents d’autres pays Anglophone, notamment Britannique ou Australien.

Style vestimentaire

Sullivan est riche et il le montre. Ses vêtements sont tous issus de la haute couture, parfois fait sur-mesure, et systématiquement issus de grandes marques.

En terme de style pur, il s’inspire généralement des personnages que l’on pourrait dire “bad boys”; avec ses vestes en cuirs, ses débardeurs proches du corps qui mettent ses muscles en valeur, des jeans déchirés (ou pseudo-élimé) et des lunettes de soleil hors de prix, évidemment.

Mais Sullivan sait changer d’apparence et se conformer, et il peut tout à fait porter des chemises (souvent entrouvertes), cravates et vestons hors de prix si le cœur lui en dit.

On notera cela dit qu’il affectionne particulièrement les bottines masculines plutôt que les baskets… Ce qui correspond à sa tranche de richesse.

Profil psychologique


Wiki

Identité

Civilité : Célibataire
Métier : Chasseur (officieux) | Médecin légiste (officiel)

Aime

  • Le poker
  • La musique, le rock’n’roll
  • Le cinéma d’action et d’horreur
  • Mentir
  • Les femmes

Déteste

  • Les policiers
  • Ses hallucinations
  • La mer, la plage, les océans

Sullivan est un sociopathe.
Il n’éprouve aucune empathie envers autrui, qu’il considère comme des outils. Difficile de dire si c’est parce qu’il a été élevé comme telle, s’il l’était au départ ou si c’est causé par son pouvoir. Peut-être tout cela à la fois.
Dans tous les cas c’est une belle ordure qui calculera souvent ses coups à l’avance et n’aura aucun remord à tuer.

Sullivan est aussi un menteur. Il ment comme il respire mais uniquement pour s’amuser : il ne cherche même pas à trouver une cohérence dans ses mensonges. Tantôt sa richesse vient d’un mariage, tantôt d’un héritage par exemple.

Quelques détails restent constant dans son histoire : il a eu une femme qui lui a « brisé le cœur » (probablement au sens propre du terme…) et il a été adopté.
Il n’est pas très difficile de découvrir la vérité sur ses origines : son nom de famille particulier donne quelques pistes. Mais il s’en fiche : mentir et manipuler l’amuse.

Il met sa vie au dessus de celle des autres, est lâche, et privilégiera sa survie avant celle de ses alliés. Il le sait et préfère donc travailler en solitaire ou avec des gens suffisamment indépendants pour ne pas compter sur lui. Heureusement ses différents collègues Chasseurs le savent et ceux de sa cellule… Sont plus ou moins comme lui.
Cela dit, il sert totalement sa cause, mais pas en croyant dans un dieu ou dans une quelconque forme de protection des humains : depuis toujours on lui a donné cette mission, et il la sert parce qu’elle lui permet une liberté qu’il n’aurait pas autrement. Tuer, par exemple.

Beaucoup pourrait penser qu’il est un serial killer, mais ce n’est pas le cas. Il n’aime pas spécialement tuer, dans le sens où il ne recherchera pas de cible, encore moins faible. Son délire n’est pas de se sentir supérieur. Il aime juste se battre, l’adrénaline de l’enquête et du combat, et à ses yeux, il est plus simple de tuer que de faire autre chose.

De toute façon, il a été élevé pour.

Sullivan porte des masques et s’adapte en fonction de la personnalité de la personne qu’il a en face. Cela dit, il ne porte pas forcément le masque auquel on s’attendrait, et ne se forcera jamais à adopter une personnalité face à des gens ou des comportements qu’il excrète. Par exemple, puisqu’il considère la police comme inutile et incompétente (les monstres ne respectant pas les lois, pourquoi il les respecterait aussi ?) il sera hautain et peu coopératif. De toute façon, en tant que bel homme blanc et blond, il n’a jamais eu de réel problème avec eux.
Son comportement avec les femmes est aussi particulier. Au premier abord, il pourrait paraître misogyne, avec des comportement à la limite du harcèlement sexuel : Sullivan aime les femmes, les belles femmes, et ne s’en cache pas du tout.
En réalité, il éprouve un profond respect pour elles, et peut changer du tout au tout quand il leur fait confiance. En fait, il fait plus facilement confiance aux femmes qu’aux hommes, conséquence d’avoir surtout été entourée de femmes fortes.

Conséquence du fait de porter des masques en permanence, son comportement peut complétement changer en fonction des situations et il ne montrera son véritable caractère (celui sans émotion, calculateur) que lorsque la situation l’exige (généralement quand il “chasse” ou enquête).

Passion & Hobbies

Difficile de décrire les passions et hobbies d’un homme que l’on considère comme sociopathe. Mais l’homme a quelques éléments qu’il apprécie. Par exemple, c’est un musicien qui joue de la guitare, basse ou encore guitare électrique. Il aime le rock et a quelque notions de piano. Bien que cela ne soit pas son instrument préféré.

C’est un sportif qui aime le combat. Sullivan a besoin d’adrénaline pour se sentir en vie.
Mais son “jeu” préféré est le mensonge. Il ment pour le plaisir. Il ne cherche pas à spécifiquement à manipuler pour obtenir ce qu’il veut. Non, ce qu’il cherche, c’est brouiller les pistes et embrouiller ceux qui veulent s’approcher de lui. Il adore les écouter parler, penser le découvrir à travers ses mensonges. Il respecte ceux qui réussissent, et s’amuse des échecs des autres. Par extension, c’est un excellent joueur de poker.

Il n’aime pas spécialement lire — enfin, si, seulement les livres d’occultisme — mais apprécie aller au cinéma. Son genre préféré est l’action et l’enquête, bien qu’il apprécie un peu trop les films d’horreurs.

Oh, aussi, il adore les couteaux et les armes à feu, surtout de collections. Il sait tirer et se battre au couteau (ainsi qu’avec un sabre, bien que moins courant).

Et surtout.
Il aime les femmes. Il n’éprouve rien contre les hommes, évidemment, mais il a tendance à se sentir supérieur à eux. Il est rare qu’il éprouve du respect pour un homme, sauf s’il fait quelque chose de particulier envers lui.
Par contre, les femmes… Il adore jouer avec elles, les draguant et matant ouvertement, d’une manière presque misogynes comme beaucoup d’homme de cette époque. Mais en réalité, il s’attache plus facilement aux femmes — peut-être parce qu’il a grandit entouré de femmes fortes ? — et est, en privé, beaucoup plus respectueux qu’il ne le laisse paraître. Et lors des rendez-vous romantique, il se montre particulièrement galant et romantique.
Les femmes sont sa plus grande faiblesse, ça c’est sûr.

Peur et phobie

Difficile de trouver de quoi un homme sans empathie peut avoir peur. Déjà, il a peur de mourir, comme l’être égoïste qu’il est. Mais est-ce vraiment une peur ? La majorité des gens l’ont. Cela dit, si Sullivan est face à une cible qu’il considère comme trop forte pour lui, il fuira. Mais il est souvent beaucoup trop confiant et c’est son principal défaut.

Sullivan souffre de thalassophobie, et donc des océans, de la mer et de toutes les étendues profondes. Il ne sait d’ailleurs pas nager. Il n’est cependant pas spécialement gênée à être au bord de la mer ou d’une plage, mais il évitera un maximum toute balade en bateau, barque ou même croisière.

En plus de cette phobie, le pouvoir de Sullivan lui provoque des hallucinations qui peuvent être très fortes et désagréables. Bien qu’il ait appris à vivre avec, il peut se montrer violent, stressé ou paniqué vis à vis de ses visions. Parfois, elle deviennent presque physiques, et peuvent déformer ce qu'il voit. Il est tout à fait possible qu’il croit qu’une personne ou un animal soit une de ses visions.

Biographie


Au début du XXe siècle, le richissime couple allemand Von Löwenstein s’installa dans l’Oregon après avoir acquis une forêt d’exploitation. Le couple, composé de Klaus et Ingrid, n’avait pas d’enfant, aucune connaissance en magie, et s’aimait énormément, malgré leur mariage arrangé, politique et économique.
Avant d’emménager dans cette forêt, ils n’étaient que des gens normaux.

Mais cette forêt, comme beaucoup, était habitée. Des rumeurs étranges circulaient. Des créatures étaient vue. Au départ, Klaus ne fit pas attention à ces rumeurs. Mais, lorsque leur employés commencèrent à se faire eux-mêmes attaqués, ils durent se rendre à l’évidence et commencer à enquêter.
Ils se rapprochèrent de différents groupes qui vivaient à l’orée de la forêt, que ce soit les habitants que les non-humains. Contrairement à beaucoup de leur époques (et même aujourd’hui), les Von Löwenstein étaient ouverts d’esprit, quoiqu’excentriques. Ils respectaient les mœurs des autres (et c’est une raison de leur fuite de l’Europe raciste) et la nature, ce qui était surprenant pour l’époque.

Puis ils se firent attaquer.
Et Klaus mourra.

Ingrid n’avait jamais été du genre à se tourner les pouces. Elle était une femme qui aimait les armes et Dieu. Elle n’avait pas de pouvoir, certes, mais elle avait de l’argent.
Plus tard, elle racontait qu’elle « avait le pouvoir de Dieu et des flingues », ce qui n’était pas tout à fait faux.

Dans tous les cas, aussi fou que cela puisse paraître pour une femme, elle prit les armes, rejoint les Chasseurs, et s’entraina. Elle monta les échelles de la cellules qu’elle avait rejoint. Même sans pouvoir, elle avait la vengeance et la haine dans son cœur. Elle était une battante. Elle se découvrit des talents qu’elle ne pensait pas avoir à l’origine.
Et accomplit sa vengeance.

Mais.
Ce n’était pas suffisant.
Le corps du monstre mutilé qu’elle laissa au sol ne lui procura pas la satisfaction ou même les larmes qu’elle aurait pensée avoir. Cela ne lui fit. Juste rien du tout.
C’était étrange, comme sensation.

Mais elle comprit instinctivement : sa mission était loin d’être terminée.


[1937] — Texas (Orphelinat)

Ingrid Von Löwenstein, dirigeante de l’entreprise éponyme et richissime américaine, se présenta devant un orphelinat décrépit couvert de poussière, provoquée par le Dust Bowl. Elle toussa un peu, gênée par la poussière environnante, et jeta un œil aux fenêtres. Les enfants, curieux, s’y étaient agglutinés en laissant leur main terreuse sur la vitre. Que faisait une si belle femme dans un endroit comme celui-là ?

La trentenaire portait une longue robe blanche, ceinturée à la taille. Grande et mince, ses cheveux blonds clairs étaient coiffés dans un chignon, et elle portait un chapeau à large bord pour se protéger du soleil et du sable. Elle portait de fine chaussures de cuir, et tout chez elle respirait l’élégance et l’argent.

D’un pas ferme, elle vint taper à la porte de l’orphelinat qui s’ouvrit presque instantanément sur une femme à la carrure large et au visage rond, vêtue d’un tablier. Ingrid savait à qui elle avait affaire, et sourit aimablement à la gouvernante. Cette dernière, gênée, lui fit un semblant de sourire pour l’accueillir :
— Je vous attendais.

Elle recula, pour laisser passer Ingrid. L’intérieur était aussi pauvre que l’extérieur. Des jouets en bois, mélangés à de la terre, étaient ici et là dans une sorte de semblant d’ordre que l’on avait essayé de donner.
L’eau était rare, en cette période, et elle ne fut pas surprise que l’on tente surtout de balayer que de laver.

Mais elle se fichait entièrement de l’état de l’orphelinat, elle venait dans cette région, dans cet endroit, pour une raison bien précise.

— Où est-il ?

Elle remarqua les ombres changeant dans les escaliers. Des enfants qui espionnaient, en essayant d’être silencieux. Ils ne la trompaient pas, mais ils ne pouvaient pas savoir qu’elle était entrainée à détecter le moindre son et menace dans son environnement immédiat.

La gouvernante paru surprise par le ton impératif de l’aristocrate, qui ne s’embaraissait pas de forme.

— Je vais aller le chercher… Mais vous êtes sûr ?

Ingrid se contenta de hocher la tête. Si ce que lui avait dit la matrone était vrai, même à 10%, l’enfant dont elle avait la garde était parfait pour devenir son héritier.
Quel étrangeté, de chercher un enfant le plus étrange possible pour la rejoindre dans son combat contre les monstres. Mais elle ne voulait pas de quelqu’un de simple.

La haute femme soupira très légèrement, et se hâta de monter les escaliers, houspillant les enfants qui fuirent en râlant ou riant. Elle savait qu’ils étaient tous déçus. Elle ne venait pas pour eux, mais pour celui qu’ils fuyaient tous comme la peste.

Lorsqu’elle redescendit, elle était accompagnée d’un enfant d’environ huit ans, peut-être un peu moins. Il n’était pas spécialement bien habillé, mais elle nota l’effort de le rendre au moins présentable. Ses cheveux blonds d’or avait été coupé maladroitement, et manifestement, ses vêtements étaient un peu trop grand pour lui.
Pendant une demi-seconde qui n’échappa pas à l’allemande, les yeux verts de Sullivan devinrent blanchâtre. Il la fixait sans aucune émotion particulière.

— Vous ne pouvez pas avoir d’enfant.

Scandalisée, la gouvernante lâcha un hoquet de surprise. Ingrid fit une légère grimace. Elle savait qu’il avait raison, et cela était un regret qu’elle trainait depuis son mariage avec Klaus. Mais elle avait appris à en faire le deuil.
Ce qui l’étonna était qu’un enfant de huit ans sans connaissance médicale puisse le deviner. Ce qui causait sa stérilité devait être extrêmement visible pour la double-vue de l’enfant.

Elle connaissait les pouvoirs de Sullivan. Certes, elle n’avait jamais rencontré quiconque avec cette capacité, mais elle avait entendu des rumeurs. On les appelait parfois les “Chevaux Pâles”. Des gens capables de donner des maladies, de blesser, simplement par le regard.

— Je vois. Et qu’es-tu capable de faire ?

Il fit semblant de réfléchir.

— Je peux réparer les blessures. Quand ça saigne, je n’ai qu’à toucher et penser pour que la blessure se referme. Et cela marche aussi pour un bras tordu.

Il savait donc soigner. Mais elle savait qu’il n’y avait pas que ça. Les mains serrées sur son jupon, la gouvernante éclata :
— Soigner !? Tu appelles ça soigner ? Tu touches quelqu’un, quelque chose, et on s’écroule. On a mal. Tu fais mal aux autres quand cela te chante, quand tu as envie de quelque chose, ou simplement pour expérimenter ! Je t’ai vu avec Alicia, après votre dispute. Sa peau était bleu, couverte de bouton. Tu as failli la tuer !

Il se tourna vers elle, sans émotion aucune. Elle savait qu’elle était suffisamment loin pour qu’il ne puisse pas la blesser, mais elle sentit son cœur battre la chamade. Elle avait déjà expérimentés ses pouvoirs et elle était surprise de ne pas en être morte. Mais il était suffisamment intelligent pour savoir que sans elle, tous les gosses (dont lui) étaient morts.

— Oui, et ?

Ingrid observait la scène sans jugement, surprise cela dit de l’absence de remord chez ce garçon. Cela devrait être travaillé. Au moins dans les apparences.

— Lorsque Bette est tombée et ne bougeait plus, c’est moins qui l’ait réparée. Sinon, vous savez comment elle aurait finie.

La femme ferma les yeux et serra les dents.

— Ou lorsque Danny est tombé malade. Le docteur ne lui donnait que quelques semaines à vivre, avec sa fièvre. Il respirait à peine.

Il soignait quand ça l’arrangeait, et blessait tout autant. Il n’avait pas envie que Danny meurt car il devait lui rendre service. Et puis, devenir le héros, même pour quelque temps, avait ses avantages.

Ingrid continuait d’observer l’enfant. Il était manifestement beau, déjà grand pour son âge, avec des yeux en amandes d’un vert émeraude et pétillant. Un enfant dont on ne voulait pas se débarrasser, et qui pouvait faire la couverture des magasine pour ménagère, à la rubrique “enfant de l’année en bonne santé”. Elle ne connaissait pas les circonstances de sa venue au monde et de la disparition de ses parents. Elle savait qu’il était le plus ancien pensionnaire de l’orphelinat, et ne pouvait donc pas être un orphelin du Dust Bowl. Est-ce que sa mère était morte en couche ? Et si oui, était ce de sa faute ?
On mourrait bien facilement, lorsqu’on était pauvre.
Et même riche, d’ailleurs.

Elle leva la main pour signifier qu’elle avait prise sa décision — bien qu’elle avait déjà été faite depuis longtemps car elle ne serait pas venue dans cet endroit miteux autrement — et les deux se turent.

— Est-ce que tous les papiers sont prêts ?

La femme hocha la tête, puis se tourna vers l’enfant.

— Sullivan, reste ici. Mme Von Löwenstein (elle prononça mal son nom, mais Ingrid n’en tint pas rigueur. Au moins, elle parlait un anglais correct, et c’était déjà pas mal) allons signer des documents dans mon bureau.

L’enfant ne répondit pas, et resta les bras ballants à observer les deux femmes se diriger vers le bureau de ce qu’il considérait comme “le coin à punition”. Une petite pièce uniquement composé d’une table de bois épais, couvert de poussière comme le reste de la baraque, et de deux chaises tout aussi poussiéreuses.

Il s’assit sur le sol, et réfléchit. Il ne toucha pas à un seul jouet ou objet pendant le quart d’heure que dura la signature des papiers officialisant sa filiation avec l’empire Von Löwenstein.
Au moins, il n’aurait pas grand chose à emporter, pas même des regrets. Il espérait juste qu’Ingrid soit… Soit comment, d’ailleurs ? Il ne s’était jamais imaginé être adopté.
Il ressentait une impression bizarre quand il la regardait. Comme si elle n’était pas ce qu’elle paraissait être. Elle avait une sorte d’aura de violence qu’elle contenait.
Surprenamment, il éprouvait une sorte d’admiration pour elle, sans qu’il sache pourquoi.


En vérité, Sullivan n’aurait pas put rêver mieux. Ingrid était comme lui. Elle lui apprit tout ce qu’elle savait, pour cacher ses émotions, manipuler et mentir. Mais aussi se battre.
Elle lui donna la meilleure des éducations possibles. Il partait d’une pauvreté complète pour devenir médecin diplômé d’une grande école des États-Unis.1
Tout en étant un Chasseur.

Jamais il n’a considéré Ingrid comme sa mère. Il en avait eu une, elle était morte. Fin de l’histoire. Mais, même si jamais il ne l’appela “maman” ou “mère”, il ne la considérait comme pas moins que sa famille.

Il ne pouvait pas utiliser son pouvoir pour être médecin ou chirurgien (c’était illégal et surtout, cela attirait trop l’attention sur lui, et il n’en avait pas besoin), et se rabattit sur la profession de légiste. Cela lui donnait une légitimité pour ses enquêtes sur les créatures monstrueuses, l’accès à quelques dossiers de la police et la possibilité d’utiliser son pouvoir sans que cela pose problème.

Il fit de nombreuses rencontres et du même autopsier celle qu’il considérait comme sa sœur, une Chasseuse européenne du nom de Valentina Lucrezia et avec lequel il eu de nombreuses missions.
Enfin, autopsier Lucrezia ne lui procura aucune émotion. Peut-être parce que ce n’était pas son corps, mais seulement lui pouvait le savoir ? La jeune femme était maligne, et préférait se passer pour morte quelque temps. Ce n’était pas ses affaires.

Les rumeurs autour d’Eldale s’étendent.
Suffisamment pour que sa cellule en entende parler et il se porte volontaire pour rejoindre cette ville étrange en tant que nouveau légiste… Mais surtout en tant que Chasseur.

Pouvoirs


Infobox

Force
Endurance
Agilité
Constitution
Éducation
Intelligence
Charisme
Pouvoir
PV
Points restant

Double Vue

La capacité de Sullivan est de pouvoir littéralement voir l’intérieur du corps de tout ce qui est, ou a été, vivant, animaux et plantes inclus. Même si ce qu’il observe est décédé, il peut discerner les organes et éventuellement, ce qui l’a tué. Il peut même distinguer les parasites ou organisme à l’intérieur d’un autre en ce concentrant.

Lorsqu’activé, les yeux de Sullivan deviennent légèrement blanchâtre, et il lui devient difficile de distinguer ce qui n’est pas vivant. En outre, plus longtemps ses yeux restent activés, plus il peut avoir des migraines.

Avantages

  • Voir l’invisible du corps humain
  • Diagnostics médicaux

Limites et faiblesses

  • Plus Sullivan active sa vue, moins il verra clairement ce qui l’entoure.
  • Plus la vue reste activée, plus il aura des migraines et des hallucinations.
  • ==Les jets de diagnostics médicaux se font sur Éducation== (c’est bien beau de voir les organes, mais il s’agirait au moins de savoir quoi faire)
  • Ses deux pouvoirs sont inutiles s’il est aveuglé

Imposition des mains

Par le toucher, Sullivan est capable de soigner. Couplé à sa double vue, il peut agir directement sur les organes. Mais, son pouvoir a certaines limites :

  • Il ne peut pas restaurer des membres qui ont été détruit (il peut cependant “recoudre”)
  • Si la personne est morte depuis plus de 10 minutes, Sullivan ne pourra rien faire.
  • Plus une blessure est profonde ou grave, plus Sullivan mettra de temps à agir sur cette dernière.

Sullivan peut agir sur lui-même à des degrés plus légers et ne peut pas se soigner des blessures graves. Il peut cependant renforcer son corps (pendant deux tours, cette statistique peut être utilisée sur sa statistique de pouvoir) ou encore agir sur ce dernier pour rester en vie (modifier les battements de cœur, ralentir une hémorragie, réparer un nez cassé ou une blessure simple). La seule partie de son corps sur lequel il ne peut agir sont ses yeux.

De plus, il peut utiliser l’utiliser pour blesser (arrêter les battements de cœur, altérer la circulation sanguine…) mais pas pour tuer car “le corps se défendra naturellement”.

Avantages

  • Soins des blessures et manipulation du corps
  • Tous les jets de soin se font sur pouvoir.

Désavantages

  • Ne peut pas soigner des blessures trop graves sur lui-même.
  • Inutilisable si aveuglé ou s’il ne peut pas toucher la personne.
  • Ne peut agir sur ses yeux et les yeux des autres (il n’a jamais voulu apprendre comment éviter de rendre aveugle quelqu’un).
  • L’intelligence ne peut être renforcée par le pouvoir.
  • Un jet raté peut occasionner des blessures plus ou moins grave (en fonction de l’échec).
  • L’activation du renforcement se fait sur éducation.
  • Il ne peut pas soigner et renforcer en même temps.
  • Les blessures qui nécessite une chirurgie ou une greffe ne peuvent pas être soignées. De même, il ne peut pas soigner les diverses maladies de naissance ou les maladies auto-immunes.
  • Il ne peut pas renforcer “plusieurs” parties de son corps en même temps (ie. une seule statistique à la fois)

De fait, les statistiques utilisées par le pouvoir de Sullivan sont :

  • Éducation : Diagnostics médicaux, activation des renforcements musculaires
  • Pouvoir : Corps (ie. Statistique) renforcé (2 tours), soins et création de blessures

Dégâts des pouvoirs

  • Arrêt du cœur :

Trivia


  • Thèmes :

Footnotes

  1. Ingrid n’oublia jamais l’orphelinat miteux du Texas, et envoya rapidement et régulièrement des dons. De grands travaux y furent faits, et le bâtiment devint une institution agréable pour tous les enfants abandonnés, mais aussi pauvres, car l’institut devint une école et un refuge pour tous ceux qui en ont besoin.